-A +A

Signature du premier Contrat de transition écologique centré sur la biodiversité : le CTE du Pays de Grasse




 

François de Rugy,
ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire

Emmanuelle Wargon,
secrétaire d’État auprès du ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire

Signature du premier Contrat de transition écologique centré sur la biodiversité : le CTE du Pays de Grasse

 

 

A été signé ce jour le Contrat de transition écologique (CTE) du Pays de Grasse en présence de l’ensemble des partenaires engagés sur le territoire.

«Ce Contrat de transition écologique allie l’État, les collectivités, les associations environnementales, des entreprises locales et de nombreux citoyens dans une volonté affirmée d’inscrire ces territoires dans une nouvelle dynamique écologique centrée autour de la biodiversité. » a déclaré Emmanuelle Wargon.

Le CTE du Pays de Grasse est le premier CTE structuré sur la thématique de la biodiversité. Il était inscrit dans le Plan biodiversité de juillet et permettra de mener des actions concrètes en faveur de la nature pour les quatre années à venir. Ce CTE a vocation à être un démonstrateur de la mise en œuvre d’une économie territoriale de la biodiversité. Il prouve que la biodiversité est une source de richesse pour l’économie locale.

Le contrat réunit l’État, la communauté d’agglomération du Pays de Grasse, le Parc Naturel Régional (PNR) des PréAlpes d’Azur, l’Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME), la Caisse des Dépôts-Banque des Territoires et le Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (CEREMA), pour un programme de 20 actions, pour un montant dans ce premier volet du CTE de plus d’un million d’euros

Les actions emblématiques sont les suivantes :

·         Création d’une université du sauvage : création d’un pôle de formation sur la biodiversité s’adressant aux universitaires, aux étudiants, aux professionnels du tourisme, aux entreprises et aux enfants à l’appui d’un master interdisciplinaire "biodiversité", axé notamment sur les relations Homme-Nature. 

·         Formalisation et expérimentation du statut de « Producteur de nature », dans le prolongement des réflexions autour des Paiements pour services environnementaux (PSE) afin de reconnaître que les agriculteurs, les forestiers et plus généralement tous les propriétaires d’espaces non artificialisés gérant un patrimoine vivant inestimable, source de multiples services écologiques. 

·         Réimplantation sur le territoire de cultures ancestrales des plantes à parfum en créant un espace de production, de recherche et développement, de transmission de savoir-faire et d’échanges, d’accompagnement des porteurs de projets dans une logique de création d’emplois locaux et de réinsertion (Projet aromatic FabLab)

·         Travail sur le maintien et le développement des activités pastorales et la création d’une dynamique constructive et coopérative autour du pastoralisme dans le Pays de Grasse, territoire fortement soumis à la prédation du loup.

Les contrats de transition écologique seront pleinement déployés à partir du 9 juillet 2019, après 18 mois d’expérimentation. Un appel à candidatures a été lancé le 2 avril dernier par Emmanuelle Wargon, afin que chaque territoire puisse solliciter sa participation au dispositif. Il est à présent clos.

Les lauréats de l’appel à candidatures seront annoncés le 9 juillet prochain. Les Territoires-lauréats participeront à la deuxième promotion du réseau des contrats de transition écologique. 

Ces territoires bénéficieront à la fois d’une mobilisation des services de l’État au service d’un projet collectif, des effets d’un réseau dynamique de territoires engagés pour le développement durable, et de nouvelles solutions numériques, pour les accompagner dans la constitution de leur projet et dans la consolidation financière de leur contrat.

 

La démarche CTE

Le contrat de transition écologique (CTE) est co-construit à l’échelle d’un ou plusieurs Établissements publics de coopération intercommunale (EPCI), entre l’État et des collectivités, en lien avec des acteurs publics et privés.  Il comprend un programme d’actions d’une durée de 3 à 4 ans, avec des engagements précis établis entre partenaires, et des objectifs de résultats qui font l’objet d’un suivi et d’une évaluation.

Les CTE permettent de mettre au point des actions opérationnelles de transition écologique lancées dans l’année suivant la signature du contrat. Ces actions ont aussi vocation à renforcer, voire à transformer la dynamique économique du territoire. Les CTE montrent que la transition écologique est aussi un moteur de développement économique, notamment via la création de nouvelles filières économiques vertueuses (économie circulaire territoriale, formation professionnelle et reconversion, création d’emplois locaux…). Une attention est particulièrement portée aux partenariats avec les entreprises, invitées à porter ou participer aux projets du CTE, afin de contribuer à développer les compétences, les activités économiques et les emplois en lien avec la transition écologique.

Partager cet article