-A +A


L'édito du président du Conseil de Développement : 

« Imaginer demain le Pays de Grasse » Ne pas prévoir, c’est déjà gémir (Léonard de Vinci au Clos Lucé)

La première mandature du Conseil de Développement de la Communauté d’Agglomération du Pays de Grasse (CAPG) s’achève avec l’élection du nouveau conseil communautaire au 28 juin 2020 et la mise ne place de ses instances constitutives au 16 juillet 2020. Les quatre années passées ont été riches et diversifiées. La principale « marque de fabrique » de notre conseil reste l’organisation de colloques ouverts à toutes et tous, permettant de débattre librement et de manière apaisée, en un lieu agréable, de thématiques porteuses pour l’avenir du territoire. La crise sanitaire que nous vivons est différente de celles que les générations précédentes ont pu connaître. Que ce soient, entre autres, celles de la peste noire de 1347-1352, celle de Marseille en 1720, celle de la grippe espagnole de 1918-1919 voire celle de Hong Kong de 1968-1970 (qui a provoqué quand même le décès d'un million de personnes dans le monde). Si ces manifestations sanitaires ont permis aux communautés politiques de l’époque, et aux historiens, de les situer dans un contexte de pandémie -concept apparu vers 1750-, elles ne disent rien de la capacité de résilience de nos sociétés dont l’économie est mondialement intégrée. Lesquelles avaient au demeurant perdu presque toute mémoire d’un risque infectieux généralisé pouvant en quelques jours désorganiser la vie de tous les habitants de la planète. Le monde, la France, nous autres du territoire du Pays de Grasse avons vécu une expérience inouïe : voir sous nos yeux se figer des pans entiers de l’économie, s’arrêter les transports, s’instaurer des contrôles aux frontières, s’installer des mesures de « distanciation sociale » …, toutes choses qu’on n’aurait pas pu imaginer il y a seulement quelques mois et qui, en quelques jours ont pris une tournure de cataclysme, terme employé à dessin pour ne pas sombrer dans le catastrophisme. Car je reste optimiste pour l’avenir. Nul ne sait cependant si après cet état de torpeur qui a déferlé sur le monde entier, des idées novatrices prendront leur essor et aboutiront à des changements majeurs, politiques, sociaux, économiques. Ou si au contraire, après un ébranlement généralisé, l’ordre chahuté quelques temps reviendra, sous une forme nouvelle, certes, mais dans une logique de continuité. Car l’économiste américain Robert Barro a bien montré dans son livre « Macroeconomic Policy » (1990, Harvard University Press) que dans la marche en avant, il peut y avoir des pauses, mais il n’y a pas de retour en arrière. A notre modeste échelle, celle du territoire du Pays de Grasse, quelles leçons pourrons-nous tirer d’une expérience complètement inhabituelle que nous avons vécue, celle d’un confinement de plusieurs jours ? La contemplation de la nature, le temps retrouvé, l’humanisme qui globalement a primé sur le repli, autant d’opportunités qui se sont faites jour pour repenser le cadre de notre vie et de notre travail. De plus, si notre conseil est jeune, car créé en novembre 2014 avec la CAPG, les conseils de développement dans leur ensemble ont vingt ans d’existence. Un temps remis en cause à l’été 2019, la loi «relative à l’engagement dans la vie locale et à la proximité de l’action publique» promulguée le 28 décembre 2019 les rend obligatoires dans les intercommunalités de plus de 50 000 habitants, et prévoit qu’après chaque renouvellement général des conseils municipaux de l’intercommunalité, le président de celle-ci inscrit à l’ordre du jour de l’organe délibérant un débat et une délibération sur les conditions et modalités de consultation du Conseil de Développement et d’association de la population à la conception, à la mise en œuvre ou à l’évaluation des politiques de l’établissement public. Pour toutes ces raisons, le moment est donc propice pour repenser notre Conseil de Développement, en le souhaitant plus solidaire et encore plus ouvert sur nos habitants et le monde citoyen. Des priorités s’imposent pour renforcer le dynamisme du territoire. Nous les présenteront aux elu .es en souhaitant les voir retenues pour les 6 prochaines années. Je profite de cette occasion pour remercier très sincèrement tous les acteurs qui ont œuvré au sein du Conseil, pour leur sens des responsabilités et leur souci d’une vision commune et partagée du territoire. Ainsi que les services de la CAPG pour les moyens mis à notre disposition qu’il s’agisse des équipes techniques comme des moyens logistiques.

Jean-Pierre Rozelot, Président du Conseil de développement du Pays de Grasse